Libérer ses émotions

Tu as le droit d’être en colère !

Si cette vidéo te parles et que tu souhaites que je t’accompagne pour t’affirmer et prendre ta place, découvre mon accompagnement individuel ici et prends directement RDV 🙂 (si tu as des questions, contacte-moi par mail ou MP/DM sur les réseaux) https://nathalievalentin.systeme.io/accompagnement02

Beaucoup de mes clients n’aiment pas se mettre en colère et se l’interdisent souvent, car ils ont une mauvaise image de la colère. Après tout, on le sait tous : « la colère est mauvaise conseillère », n’est-ce pas ?! Et pourtant, si on ne la craint pas, si on sait l’écouter, la colère est là pour délivrer un message important à propos de nous-même. Voici quelques conseils pour changer d’opinion sur la colère, l’accueillir avec confiance, entendre son message et l’utiliser comme moteur.

La colère t’indique que quelque chose ne te convient pas

Quand la colère se manifeste, c’est que l’une de tes règles intérieures, limites ou valeurs vient d’être bafouée. Et cela n’est pas acceptable ! Lorsqu’elle est là, tu le sens immédiatement dans ton corps. Ton rythme cardiaque s’accélère, t’as chaud, ton corps se tend, tu est prête à bondir pour te défendre s’il le faut. Ne réfrène pas cela, accueille, respire un grand coup et demande-toi « Dans ce qui est en train de se passer, qu’est-ce qui n’est pas OK pour moi ? ». Laquelle de tes valeurs ou règles intérieures vient d’être bafouée ? La colère nous parle beaucoup de respect : de nous-même, des autres ou bien de notre système de valeurs. Repère la ligne qui vient d’être franchie. Le plus tôt, tu écouteras le message de ta colère, le plus tôt elle s’en ira et moins forte/violente elle sera.

Parfois la colère monte très vite, très haut et empêche toute réflexion. A ce moment là, un seul réflexe à avoir : SORTIR. Va crier un bon coup dehors, taper des pieds, courir… Essaie autant que possible de ne pas jeter ta colère à la figure de l’autre. S’il le faut, dis à l’autre que tu es très en colère, que tu vas faire un tour le temps de « descendre » et qu’après vous devrez parler que c’est important.
La colère a besoin d’être entendu de soi en premier lieu, mais comme souvent une ou plusieurs personnes sont impliquées, il va falloir leur indiquer ce qui n’est pas OK, acceptable ou ne te convient pas dans cette situation pour éviter que cela se reproduise et trouver un terrain d’entente.

Exprimer sa colère sainement

La colère est là pour t’aider à défendre ton territoire (intérieur, émotionnel, intellectuel, physique…) et te pousser à l’action. La situation dérive vers quelque chose que tu ne souhaites pas ? Ou elle a carrément glissé d’un coup ? Redresse la barre. Sans pour autant casser la gueule à l’autre, ni lui gueuler dessus à t’en péter les cordes vocales, on est d’accord 🙂 (si ça arrive, ne te flagelle pas, tu as fait de ton mieux. Reviens vers la personne plus tard pour t’excuser et réaffirmer ton message et tes besoins)

Une fois que tu as repéré la règle, limite ou valeur qui a été bafouée chez toi (et comment factuellement), discutes-en avec les personnes concernées. C’est une conversation en 3 temps :

  1. Tout à l’heure, il s’est passé ceci cela. Énumère les faits comme n’importe quel témoin pourrait les décrire. Évite te « tu, tu, tu » autant que possible. (il y a des bons conseils pour réussir à faire ça ici)
  2. Cela ne me convient pas (ou plus, si cela te convenait avant, il n’est jamais trop tard pour dire NON et tu as le droit de changer d’avis aussi) ou Cela n’est pas OK, acceptable pour moi parce que… Parle de tes valeurs, règles ou limites, exprime ton désaccord en utilisant le « je ».
  3. Voici ce que je propose à la place… ou Je te demande de… Qu’en penses-tu ? On ouvre la conversation, car on n’est pas la pour imposer une dictature non plus 🙂 Et vois le terrain d’entente que vous pouvez trouver pour que la situation puisse vous convenir à tous les deux ou tous.

Si tu es en colère contre toi parce que c’est toi qui n’a pas respecté l’une de tes valeurs, limites ou règles. Vois quelle promesse tu peux te faire pour éviter que cette situation ne se reproduise.

« J’ai le droit d’être en colère »

Ta colère est légitime, tes règles et tes valeurs sont légitimes, elles n’ont pas à être critiquées ou jugées par qui que ce soit. Sauf de toi-même si tu trouves que l’une de tes règles internes te met plus de bâtons dans les roues qu’autre chose. Mais c’est à toi seule d’en décider, personne d’autre.

Maintenant que tu sais accueillir ta colère, entendre son message sereinement (ou presque, t’es quand même en colère 😉 ) et l’exprimer à l’autre sainement pour trouver un terrain d’entente. Bref, maintenant tu sais repérer et poser tes limites aux autres. Je te propose d’adopter le mantra « J’ai le droit d’être en colère ». Dis-le à haute voix : « J’ai le droit d’être en colère ». Encore. Répète-le encore une fois. Qu’est-ce que ça te fait à l’intérieur ? Comment tu te sens de dire ça ?

Rappelle-toi, tu as le droit d’être en colère, tes valeurs, règles intérieures et limites sont légitimes, elles doivent être respectées de toi-même et des autres. Alors accueille ta colère comme il se doit et passe à l’action. La colère est un excellent moteur, une excellente conseillère quand on sait l’écouter et s’en servir.

À toi de jouer ! 😉

Encore une fois, si cet article t’a parlé et que tu souhaites que je t’accompagne pour t’affirmer et prendre ta place, découvre mon accompagnement individuel ici et prends directement RDV 🙂 (si tu as des questions, contacte-moi par mail ou MP/DM sur les réseaux) https://nathalievalentin.systeme.io/accompagnement02

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply